Affamer le calmar

BERKELEY – Le secteur financier des États-Unis est-il en train de rendre exsangue l’économie réelle? L’article mémorable du journaliste Matt Taibbi en 2009 décrivant Goldman Sachs comme « un gigantesque calmar vampire collé au visage de l’humanité, ne manquant pas d’étirer ses tentacules sur tout ce qui a odeur d’argent » marque encore les esprits, et pour cause.

En 2011, je faisais remarquer que le secteur de la finance et de l’assurance aux États-Unis comptait pour 2,8 % du PIB en 1950 par rapport à 8,4 % du PIB trois ans après la pire crise financière en presque 80 ans. « Si les États-Unis ont vraiment profité de ces… 750 $ milliards supplémentaires détournés annuellement des secteurs qui paient des gens qui participent directement à la fabrication de biens utiles et à la prestation de services utiles, cela paraîtrait dans les statistiques économiques ».

Mon argument était qu’un tel détournement massif de ressources « du secteur des biens et services prêts à être utilisés dans l’année n’était une bonne affaire que si la croissance économique globale gagnait 0,3 % par an – ou 6 % par génération de 25 ans ». En d’autres termes, le transfert de ressources n’est avantageux que si collectivement il amène une prime substantielle, ce que les financiers appellent le coefficient « alpha ».

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/vApOybK/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.