0

L'Amérique doit se tourner vers le Sud

Quelle que soit la politique latino-américaine de John Kerry s'il devient Président, l'élection de novembre prochain pourrait marquer un tournant dans les relations entre les Etats-Unis et l'Amérique latine, et ce même ou peut-être surtout si George W. Bush est réélu. Kerry n'a jamais été très intéressé par cette région du monde, et Bush l'ignore presque totalement depuis les attentats du 11 septembre 2001. Un changement, aussi improbable qu'il puisse paraître, est donc indispensable.

La politique des Etats-Unis à l'égard du sud du continent doit changer pour deux raisons. D'une part, l'antiaméricanisme atteint des records : tous les sondages montrent que la perception des Etats-Unis par l'Amérique latine n'a jamais été aussi négative depuis les années 60. A cette époque, l'hostilité populaire correspondait aux interventions et à l'attitude des Etats-Unis dans la région ; aujourd'hui de nature différente, elle complique tout de même considérablement la tâche des dirigeants des deux hémisphères.

D'autre part, et surtout, les sujets de tensions entre les Etats-Unis et l'Amérique latine sont exacerbés, et rien ne sert de les ignorer : si rien n'est fait, la situation risque d'empirer.

Les problèmes de l'Amérique latine sont nombreux, mais correspondent à quelques thèmes saillants. Le plus important est la croissance économique, qui depuis quelques années - en fait deux décennies - est très médiocre. Dans les pays où le commerce et l'investissement sont majoritairement liés aux Etats-Unis, c'est un aspect essentiel de la relation bilatérale.