21

Theresa May lance le dé électoral

LONDRES – La liste des élections cruciales pour l'Europe cette année vient de s’allonger encore un peu plus. Alors que l'élection présidentielle à venir en France est en train de devenir de plus en plus angoissante, et que les Allemands se préparent à voter en septembre, la Première ministre britannique, Theresa May, a appelé à des élections anticipées le 8 juin. Le résultat aura d'importantes conséquences, non seulement pour les prochaines négociations du Royaume-Uni dans le cadre du retrait de l'Union européenne, mais aussi pour la survie du Royaume-Uni lui-même.

En dépit de l'imprévisibilité actuelle de la politique britannique, le Parti conservateur de May devrait remporter l'élection haut la main. Un récent sondage YouGov/Times prédit que les conservateurs obtiendraient 44% des voix, contre 23% pour le Parti travailliste, 12% pour les libéraux-démocrates et 10% pour le Parti de l’indépendance du Royaume-Uni (UKIP). Dans le cadre du système électoral majoritaire à un tour du Royaume-Uni, les conservateurs obtiendraient probablement une majorité écrasante de plus de 100 sièges à la Chambre des communes – contre 14 à l’heure actuelle.

May doit son poste de Première ministre à la majorité parlementaire que David Cameron avait gagnée en 2015, avant de démissionner à la suite du référendum sur le Brexit du mois de juin dernier. Mais, si le résultat des élections confirme les sondages, elle aura un mandat populaire beaucoup plus fort que celui de Cameron.

Certes, il est peu probable que les conservateurs obtiennent plus de 50% des voix. Néanmoins, May pourrait malgré tout prétendre qu'une large majorité parlementaire équivaut à une approbation de sa poursuite d'un « Brexit dur ». Ce dernier implique de quitter le marché unique ainsi que l'union douanière de l’UE, de manière à ce que le Royaume-Uni puisse imposer des contrôles sur l’immigration des citoyens de l’UE, sortir de la juridiction de la Cour européenne de justice et poursuivre ses propres accords commerciaux. En même temps, une large majorité parlementaire pourrait donner à May une plus grande latitude pour faire des compromis lors des négociations sur le Brexit, parce qu'elle sera moins vulnérable aux pressions des Brexiteers les plus extrêmes.