Corbyn at polls Justin Tallis/AFP/Getty Images

Le piège de l’élection anticipée

LONDRES – En perdant sa majorité parlementaire à la suite des élections anticipées qui se sont tenues au Royaume-Uni, le Parti conservateur a donné tort, une fois encore, aux experts, aux sondeurs et aux augures de toutes sortes. Différentes explications s’offrent à un résultat auquel bien peu s’attendaient.

Beaucoup ont pointé la médiocre campagne de Theresa May, la Première ministre conservatrice, et la sous-estimation, par les sondeurs, de la participation des jeunes. Dans le même temps, Jeremy Corbin, le chef de l’opposition travailliste, a donné une image de compétence et d’assurance. Ces explications pourraient pourtant ne pas suffire, car elles ne s’attachent qu’à la manière dont la campagne a été menée.

Le champ de la psychologie suggère des interprétations plus convaincantes. Si les commentateurs avaient prêté plus d’attention à une théorie psychologique déjà bien établie concernant les élections anticipées, ils auraient pu prévoir le résultat des élections au Royaume-Uni. Une étude d’Alastair Smith, chercheur en sciences politiques à la New York University, qui a compilé les données électorales et les résultats des élections britanniques depuis 1945, montre que les Premiers ministres qui ont décidé de convoquer des élections anticipées ont le plus souvent échoué.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/8dBatcg/fr;