Une mauvaise taxe pour l’Europe

CAMBRIDGE – L’Europe est déjà dans de beaux draps, pourquoi ne pas en rajouter une couche ? Il semble que se soit le raisonnement de la Commission Européenne avec sa proposition de taxer les transactions financières – l’ultime réponse de la Commission à la croissance et aux problèmes financiers purulents de l’Europe.

Il est indéniable que l’idée d’une taxe sur les transactions financières soit intellectuellement attrayante. Les Européens ordinaires doivent payer une taxe sur la valeur ajoutée sur la plupart des biens et des services qu’ils achètent. Alors pourquoi ne pas taxer l’achat d’actions, d’obligations et de toutes sortes de dérivés ? Une telle taxe frappera les particuliers fortunés et les firmes financières plus que n’importe qui d’autre et ramènera par ailleurs de substantiels revenus.

La Commission Européenne estime en effet que sa proposition de taxer les transactions d’actions et d’obligations à 0,1%  et celles des dérivés à 0,01% devraient rapporter plus de 50 milliards d’euros. Et, cerise sur le gâteau, une taxe sur les transactions financières permettrait de juguler la spéculation sur les marchés financiers.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/BL8GSiY/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.