5

Des systèmes à risque

GENÈVE – Le manque d’adaptation aux changements climatiques, la persistance de conditions météorologiques extrêmes et une importante défaillance financière systémique ne sont que trois des 50 risques majeurs évalués chaque année dans le Global Risks Report du World Economic Forum. Il semble naturel d'établir des liens entre eux, surtout après la fermeture de Wall Street pour « superstorm » en octobre dernier. En effet, le rapport nous rappelle les nombreuses façons dont les systèmes se répercutent inévitablement l’un sur l'autre dans notre monde interdépendant.

Plus important encore, le rapport met en garde contre le danger que représente les défaillances multiples. Par exemple, deux des systèmes les plus fondamentaux de la planète sont l'économie et l'environnement ; leur interaction est le sujet de la première des trois études de cas de risque figurant dans le rapport de cette année.

Les 1 000 experts qui ont répondu à l'enquête annuelle du WEF sur la perception des risques globaux, qui sert de base au rapport, ont indiqué que l’adaptation aux changements climatiques constituait leur principale préoccupation environnementale pour la décennie à venir. Cela reflète un changement plus large de la manière de penser à propos du climat : l'acceptation croissante du fait que nous sommes maintenant condamnés à subir une certaine évolution de la température mondiale et qu’il est nécessaire de s'adapter localement – par exemple, en renforçant nos systèmes d'infrastructures essentielles afin de renforcer leur capacité de résistance aux phénomènes météorologiques extrêmes.

Cependant, nous sommes confrontés à ces défis environnementaux à un moment de faiblesse économique persistante. La croissance mondiale reste lente ; alors que les politiques monétaires et budgétaires ont un impact limité sur la reprise économique, les gouvernements n'ont ni les ressources ni le courage de mettre en œuvre de grands projets. Sans surprise, le groupe de notre enquête a classé au second rang les déséquilibres budgétaires chroniques parmi les 50 risques globaux qui sont les plus susceptibles de se manifester au cours des dix prochaines années.