La coupe du monde et les femmes africaines

NAIROBI – Lorsque je suis née, il y a 25 ans, il était très rare, et même tabou, d’entendre les femmes africaines parler de football. C’est pourtant ce que mes amies et moi-même faisons aujourd’hui.

J’ai grandi au Kenya où mes compatriotes suivent avec passion la première ligue anglaise, peut-être à cause de notre lien colonial avec l’Angleterre. Les Kenyans sont si passionnés par cette première ligue que l’année dernière, un supporter d’Arsenal, Suleiman Omondi, s’est pendu après la défaite de son équipe face à Manchester United. Cette année, un autre supporter d’Arsenal originaire de la ville côtière de Lamu a poignardé un supporter de Manchester United à l’estomac.

Les femmes Kenyanes aussi adorent le football. Je soutiens Chelsea, comme la plupart de mes amies. Nous sommes rarement en désaccord. Nous nous consolons mutuellement lorsque Chelsea perd, et nous partageons les mêmes inquiétudes lorsque notre équipe joue contre de grands clubs, comme récemment contre Liverpool, le seul vrai concurrent pour le titre britannique. Heureusement, Chelsea a gagné.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/YBRxS68/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.