Les guerres d’austérité

LONDRES – Je perds de plus en plus espoir quant aux perspectives d’une reprise rapide de la récession globale. Les plans de relances coordonnés (5 trillions de dollars) lancés par les principaux gouvernements de la planète ont permis d’arrêter la chute mais n’ont pas produit le rebond nécessaire. La frustration actuelle est fort bien résumée par The Economist dans le gros titre d’une de ses récentes premières pages : « Grow, dammit, grow. » (En avant, non d’un chien, en avant, ndt)

Il y a deux raisons d’être pessimiste. La première est le retrait prématuré des mesures « de relance » décidées par le G20 lors de sa réunion de Londres en avril 2009. Les principaux pays sont aujourd’hui concentrés sur les moyens de réduire radicalement leurs déficits budgétaires.

La seconde raison est que rien n’a été fait pour répondre au problème des déséquilibres de compte courants. Les discussions actuelles à propos des guerres des monnaies déclenchant des guerres commerciales rappellent en effet la désastreuse expérience des années 30.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/Izx26b4/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.