La guerre contre les femmes irakiennes

BAGDAD – Les organisations de femmes irakiennes et les observateurs internationaux signalent une guerre de plus en plus intense menée contre les femmes en Irak, encouragée par le chaos et l'anarchie à grande échelle causés par l'occupation américaine. Outre la violence exercée par les soldats américains dans les prisons et à l'extérieur, les femmes en Irak doivent affronter la violence quotidienne des militants qui se drapent dans l’excuse de la religion et de la “libération.”

Dans la deuxième plus grande ville irakienne, Bassorah, bastion des groupes conservateurs chiites, pas moins de 133 femmes ont été tuées l'année dernière pour avoir violé les “enseignements islamiques” et dans des soi-disant “crimes d'honneur” selon le bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaire. Ces méthodes sont les preuves brutales de la réaction de forces tribales autrefois soumises et qui ont été déchaînées par l'occupation : des femmes étranglées et décapitées, à qui l'on tranche les mains, les bras et les jambes.

Avec l'armée américaine en Irak qui finance à la fois les chefs tribaux chiites et sunnites afin de tenter de stabiliser le pays, les conditions de vie des femmes deviennent de plus en plus mortellement dangereuses chaque jour. Les chefs islamistes ont imposé de nouvelles restrictions aux femmes, notamment des interdictions de travailler, de se déplacer sans un mahram (protecteur masculin), et l'obligation de porter le voile.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/KtFQmXZ/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.