De l’intérêt d’être sous-évalué

Les marchés émergents sont aujourd’hui confrontés à ce dilemme majeur : d’un côté, une croissance économique durable requiert une monnaie compétitive (c’est-à-dire sous-évaluée), de l’autre côté, au premier signe de bons résultats économiques la monnaie prend de la valeur, et il est beaucoup plus difficile de rester compétitif.

Vous venez d’adopter une législation essentielle très attendue ? Votre parti, conscient de ses responsabilités en matière fiscale, vient de remporter les élections ? Vos exportations sont en plein essor ? Félicitations ! Sachez tout de même que votre monnaie va s’apprécier, déclenchant probablement une hausse non viable de la consommation, avec des effets dévastateurs pour vos exportations, du chômage et un moindre potentiel de croissance. La rançon du succès ne se fait pas attendre !

Pour éviter cela, les banques centrales peuvent intervenir sur le marché des devises, en accumumant des titres étrangers à faible rendement, et en s’écartant de leur but premier, à savoir la stabilité des prix. C’est la stratégie choisie par exemple par la Chine et l’Argentine.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/bwtv31r/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.