Uribe, un président modèle

Un raz-de-marée de gauche a soi-disant déferlé sur l’Amérique latine. La réélection d’Alvaro Uribe, en Colombie, n’a pourtant pas seulement lancé le processus inverse de cette tendance : il a également ouvert la voie aux partis conservateurs et libéraux de tout le continent – voie qui sera bientôt éprouvée par les élections présidentielles du Mexique, le 2 juillet prochain.

En effet, les récentes élections présidentielles colombiennes sont à marquer d’une pierre blanche. Le Président Uribe, charismatique travailleur forcené, qui a été autorisé – pour la première fois dans l’histoire moderne de la Colombie – à se présenter comme président sortant pour un second mandat de quatre ans, a remporté haut la main le premier tour avec une majorité absolue de 62 % des voix.

Sa victoire a fait voler en éclats un siècle et demi de mauvaise administration bipartite confortablement installée. Uribe, ancien Libéral, est sur le point de parvenir à un nouveau consensus – incarné par la coalition de six partis uribistes – qui embrasse le type d’économie moderne et la politique libérale démocrate de ces vingt-cinq dernières années, caractéristiques de la plupart des pays occidentaux.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/8PNvwAS/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.