Civiliser la ville

BANGALORE – La moitié de l'humanité (soit 3,5 milliards de personnes) vivent aujourd'hui dans des zones urbaines. Nos métropoles sont les moteurs de la croissance d'une économie mondiale après les épreuves de la crise financière. Chez moi, à Bangalore, les investissement abreuvent une ville à l'avant-garde de la transformation de l'économie indienne : siège d'entreprises comme Infosys et Wipro, citée par le magazine Forbes comme l'une des « villes à la croissance la plus rapide de la prochaine décennie. »

Mais au moment où les citoyens de Bangalore se préparent à se rendre aux urnes pour les élections fédérales, leurs préoccupations ne sont pas seulement économiques. Certaines réussites financières de la ville masquent une réalité plus sombre : la qualité de vie de nombreux citadins s'est détériorée au cours des dernières années.

Le flux des pauvres des zones rurales vers les grandes villes est l'un des récits exemplaires de l'ère moderne. Et les gouvernements, qui se concentrent en général sur les seuls chiffres de la performance économique, encouragent l'urbanisation rapide.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/aNkYmT9/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.