L’irréalité du « véritable » cycle des affaires

LONDRES – Alors qu’il témoignait devant un comité du Congrès des Etats-Unis, Alan Greenspan, l’ancien président de la Réserve fédérale américaine, a dit que la récente débâcle financière avait anéanti sa « structure intellectuelle ». Je suis très curieux de savoir ce qu’il entendait par là.

Comme je n’ai pas eu l’occasion de le rencontrer, j’ai dû me référer à ses mémoires, «  l’Age des turbulences  » pour des indices. Mais ce livre a été publié en 2007 – avant, je présume, que sa structure intellectuelle ne se désagrège.

Dans ses mémoires, Greenspan révèle que son économiste préféré est Joseph Schumpeter, l’inventeur du concept de « destruction créatrice ». Dans son résumé de la pensée de Schumpeter, Greenspan écrit qu’une « économie de marché révolutionne incessamment de l'intérieur la structure économique, en détruisant continuellement ses éléments vieillis et en créant continuellement des éléments neufs » Greenspan  précise avoir constaté « que ce schéma de progrès et d’obsolescence se répétait encore et encore ».

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/OWvncqq/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.