Promesse de liberté sur Internet : l’inconnu

MELBOURNE – Google s’est retiré de Chine, prétextant qu’il refusait de continuer à brider son moteur de recherche pour bloquer l’information que le gouvernement chinois ne veut pas que ses citoyens obtiennent. Cette nouvelle a été accueillie avec un certain enthousiasme par la plupart des démocraties libérales dans le monde.

Mais dans l’une de ces démocraties, l’Australie en l’occurrence, le gouvernement vient d’annoncer qu’il envisageait de légiférer en vue de bloquer l’accès à certains sites web. Cette interdiction concerne la pédopornographie, la bestialité, l’inceste, les images d’extrême violence, tout ce qui encourage ou fournit un mode d’emploi sur le crime et la violence, les descriptions détaillées sur l’usage de drogues illicites et les différentes manières de se suicider publiées par des sites qui soutiennent le droit de mourir pour les malades en phase terminale ou souffrant de maladies incurables.

Un sondage de lecteurs paru dans le Sydney Morning Herald a montré que 96% d’entre eux s’opposent à de telles mesures, et seuls 2% y sont favorables. Ce sondage a réuni les avis de plus de lecteurs que pour aucun autre sondage précédemment publié sur le site web du journal, et le résultat est le plus catégorique de tous.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/d8XSDF1/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.