0

Etats-Unis et le Traité d’Interdiction des Essais Nucléaires

Deux semaines avant que le Président Georges W. Bush ne prenne ses fonctions, le climat d’incertitude qui avait prévalu lors de son élection a été remplacé par un sentiment d’inquiétude concernant l’impact de sa présidence sur la politique étrangère américaine. Les alliés comme les adversaires des Etats-Unis d’Amérique cherchent à reconnaître des signes de continuité ou de changement dans l’approche du nouveau président. Les actions de la nouvelle administration à propos de la non-prolifération nucléaire en général et du Traité d’Interdiction Totale des Essais nucléaires en particulier constitueront un des tests clés.

Il y a un an, le Président Clinton et la Secrétaire d’Etat Albright m’ont proposé d’être leur Conseiller Spécial sur le Traité d’Interdiction des Essais. Le Sénat américain a récemment voté contre sa ratification. On m’a alors demandé de mener un dialogue calme et discret avec les sénateurs afin de distinguer quels étaient les problèmes complexes qui composaient le débat et de réfléchir à ce qui devait être fait. J’ai donc rencontré les sénateurs démocrates et républicains et j’ai consulté les membres de la haute administration, les directeurs de centres d’études, les scientifiques et les autres experts, un panel étendu d’opinions diverses sur la ratification. J’ai prêté attention aux questions qu’ils soulevaient et leur ai demandé conseil.

Ces consultations m’ont donné l’assurance qu’il existe un vaste mouvement de soutien à l’intérieur des Etats-Unis, dépassant le clivage des partis, en faveur d’un renforcement du rôle de leader de l’Amérique en ce qui concerne une réplique totale et internationale aux dangers créés par la prolifération des armes nucléaires. Je suis plus convaincu que jamais que le Traité d’Interdiction des Essais est une composante intégrale –et même indispensable – des efforts portant sur la non-prolifération. J’espère que l’administration Bush révisera le Traité en tenant compte de son importance dans le combat contre l’extension des armes nucléaires.

Cette semaine, j’ai soumis au Président Clinton une série de recommandations qui pourrait pousser la nouvelle administration à considérer d’un œil favorable une révision du Traité. Ces recommandations sont axées sur quatre problèmes principaux soulevés par les opposants au Traité :