Les Nations Unies prennent la situation en main

NEW YORK – Alors que les discussions sur des « signes » de reprise économique sont toujours aussi animées aux États-Unis, dans une multitude de pays, et en particulier dans le monde en développement, la situation s'aggrave. Aux Etats-Unis, la récession a commencé avec une défaillance du système financier, qui s’est rapidement traduite par un ralentissement de l'économie réelle. Dans le monde en développement, c'est tout l'inverse : la baisse des exportations, la diminution des transferts de fonds, la réduction des investissements directs étrangers et les chutes précipitées des mouvements de capitaux ont affaibli l'économie. Même les secteurs financiers des pays qui ont de bons systèmes de contrôle sont aujourd'hui face à des problèmes.

Le 23 juin dernier, une conférence des Nations unies axée sur la crise économique mondiale et sur ses conséquences pour les pays en développement est parvenue à un consensus sur les causes de la récession et de la gravité de son impact sur les pays en développement. Cette conférence a exposé brièvement certaines des mesures qu’il faudrait envisager et créé un groupe de travail pour étudier la marche à suivre, éventuellement sous la supervision d'un nouveau groupe d'experts.

L'entente a été remarquable : en présentant une vision de la crise à maints égards plus claire que celle du G20 et ce qui doit être fait, les Nations Unies ont montré que le processus décisionnel ne devait pas se limiter à un club fermé aux membres cooptés, qui manque de légitimité politique et est largement dominé par les responsables, en grande partie, de la crise. En fait, le consensus a révélé l’intérêt d'une démarche plus ouverte, qui permet par exemple de poser les questions essentielles qui pourraient être trop sensibles sur le plan politique pour certains grands pays, ou de mettre en avant les préoccupations des pays pauvres, même si elles sont moins importantes pour les riches.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/1EFxF0n/fr;
  1. An employee works at a chemical fiber weaving company VCG/Getty Images

    China in the Lead?

    For four decades, China has achieved unprecedented economic growth under a centralized, authoritarian political system, far outpacing growth in the Western liberal democracies. So, is Chinese President Xi Jinping right to double down on authoritarianism, and is the “China model” truly a viable rival to Western-style democratic capitalism?

  2. The assembly line at Ford Bill Pugliano/Getty Images

    Whither the Multilateral Trading System?

    The global economy today is dominated by three major players – China, the EU, and the US – with roughly equal trading volumes and limited incentive to fight for the rules-based global trading system. With cooperation unlikely, the world should prepare itself for the erosion of the World Trade Organization.

  3. Donald Trump Saul Loeb/Getty Images

    The Globalization of Our Discontent

    Globalization, which was supposed to benefit developed and developing countries alike, is now reviled almost everywhere, as the political backlash in Europe and the US has shown. The challenge is to minimize the risk that the backlash will intensify, and that starts by understanding – and avoiding – past mistakes.

  4. A general view of the Corn Market in the City of Manchester Christopher Furlong/Getty Images

    A Better British Story

    Despite all of the doom and gloom over the United Kingdom's impending withdrawal from the European Union, key manufacturing indicators are at their highest levels in four years, and the mood for investment may be improving. While parts of the UK are certainly weakening economically, others may finally be overcoming longstanding challenges.

  5. UK supermarket Waring Abbott/Getty Images

    The UK’s Multilateral Trade Future

    With Brexit looming, the UK has no choice but to redesign its future trading relationships. As a major producer of sophisticated components, its long-term trade strategy should focus on gaining deep and unfettered access to integrated cross-border supply chains – and that means adopting a multilateral approach.

  6. The Year Ahead 2018

    The world’s leading thinkers and policymakers examine what’s come apart in the past year, and anticipate what will define the year ahead.

    Order now