L'Hérésie de l'ONU

Aucune autre organisation n'est autant respectée que les Nations unies. Ceci est peut-être naturel, puisque l'ONU personnifie certains des rêves les plus nobles de l'humanité. Pourtant, comme le montre le scandale actuel autour de la gestion onusienne du programme d'échange de vivres contre du pétrole en Irak, au moment où la communauté internationale se remémore le génocide rwandais qui se produisit il y a dix ans, le respect de l'ONU devrait être considéré comme une sorte de superstition, et le Secrétaire général, Kofi Annan, comme son faux prophète.

Depuis Dag Hammarskjöld, aucun autre leader des Nations unies n'avait été autant acclamé que Kofi Annan. Et ceci est compréhensible, dans une certaine mesure. Annan garde habituellement une attitude imperturbable, empreinte de dignité. Il possède un certain charme, et selon certains un certain charisme. Cependant, un leader doit se juger à l'aune de ses actes quand les situations en jeu sont importantes. Les échecs d'Annan dans de telles situations sont presque toujours dissimulés.

Entre 1993 et 1996, Annan fut Sous-Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix puis Sous-Secrétaire général. Le massacre serbe de 7 000 personnes dans la ville bosniaque de Srebrenica est l'une des deux grandes catastrophes où sa responsabilité est largement impliquée, le pire massacre que l'Europe d'après-guerre ait jamais connu.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/5Y7DHmF/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.