1

Les enjeux nationaux aux prises avec l'Europe

DUBLIN – Les besoins de l'Europe et les désirs des Européens se contredisent. À une époque où une action forte et coordonnée est nécessaire pour empêcher l'effondrement financier de l'Union européenne, le soutien populaire qui a conduit l'intégration européenne au cours des six dernières décennies est en déclin.

Après presque 70 années de paix, les Européens semblent avoir oublié pourquoi l'unité était si importante et se livrent à leur penchant nationaliste sans tenir compte des conséquences potentielles. En même temps, ils ne saisissent pas que leurs économies sont trop étroitement liées les unes aux autres pour qu'une politique économique indépendante puisse fonctionner.

Cet échec s'enracine dans l'isolement de la politique électorale dans chaque pays, ce qui oblige les politiciens à faire semblant de pouvoir résoudre les problèmes économiques uniquement par des politiques nationales. En effet, les responsables politiques ne sont confrontés à aucune pression électorale pour mener à bien une action plus large, même si cela doit apporter des avantages nationaux.

La crise de l'euro force à présent les dirigeants de l'UE à s'occuper des changements institutionnels (à savoir la création de l'union bancaire, financière et politique) qu'ils ont longtemps reportée. Mais alors que les Etats membres doivent être d'accord à l'unanimité sur toutes les décisions importantes, leur mandat les oblige à voir les questions européennes à travers le prisme de l'intérêt national. La stratégie de la corde raide et de la négociation que cette approche encourage rendent impossible le développement et la présentation devant l'opinion publique de visions pan-européennes.