0

L’indice transatlantique

Comment évaluer l’état actuel des relations transatlantiques ? Avec un clin d’œil à Wall Street, on peut dire que l’Alliance est en hausse, l’Europe stable, et les États-Unis clairement en baisse.

L’Alliance est “en hausse” principalement pour une raison : le réchauffement des relations de la France et des États-Unis suite à l’élection de Nicolas Sarkozy à la présidence française. Pour la première fois depuis que Charles de Gaulle a mis en place la Cinquième république, la priorité de la France n’est plus de vivre en opposition aux États-Unis.

Les signaux de ce changement sont profonds, spectaculaires même. Du durcissement de la position française vis-à-vis de l’Iran à un vrai réchauffement des relations avec Israël, sans oublier des gestes symboliques comme les vacances estivales de Sarkozy en Amérique ou l’arrivée du ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner à Bagdad, c’est une nouvelle France, qui considère sérieusement le retour à la structure militaire intégrée de l’Otan.

Ce changement de la France est le résultat d’un calcul politique et d’une émotion profonde. Pour Sarkozy, les Français ne sont pas anti-américains, mais simplement anti-Bush. Dans sa volonté de rompre avec le passé, en particulier avec l’héritage de Jacques Chirac, et en ajoutant une touche mondiale à son “changement,” Sarkozy prépare le chemin à la prochaine Amérique post-Bush.