Tragique président Chen

Le procureur public de Taiwan a mis en examen l'épouse du président Chen Shui-bien pour détournement de fonds publics. En tant que président en exercice, Chen ne peut pas être mis en examen même si le procureur affirme qu'il détient des preuves de sa culpabilité. Quoi qu'il en soit, l'héritage de Chen est déjà en loques.

Chen peut rester à son poste jusqu'à la fin de son mandat, en 2008, ou bien il peut démissionner pour permettre à son vice-président et au parti indépendantiste, le Parti démocrate progressiste (DPP), de se reconstruire pour remporter les prochaines élections. Quelle que soit sa décision, le premier président taiwanais appartenant au DPP restera dans l'histoire comme un échec lamentable, car il aura utilisé sa position pour diviser les citoyens de l'île, comme si ses opposants politiques nationaux avaient été les ennemis mortels de Taiwan.

Chen doit sa chute à un sentiment que les Grecs classiques avaient clairement identifié : l'orgueil. La popularité de Chen auprès de ses alliés politiques, dont la ferveur confinait parfois au fondamentalisme, a transformé un personnage aux profonds instincts démocratiques en cas d'école qui considère le pouvoir et ses prérogatives comme lui revenant de droit.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/hEBIDcq/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.