0

Le tournesol révolutionnaire

LONDRES – La triste nouvelle de l’arrestation de Ai Weiwei, peut-être le plus connu des artistes contemporains chinois – sa famille et ses amis n’ont plus de nouvelles de lui depuis – me fait réfléchir aux 100 millions de graines de tournesol en porcelaine peinte à la main de Ai, actuellement exposées à la Tate Modern de Londres.

L’installation de Ai semble suggérer que le peuple chinois est comme ces millions de graines éparpillées dans le hall d’entrée gargantuesque de la Tate. Personne ne s’inquiète de savoir s’elles sont humiliées ou écrasées sous les pas (comme cela fut autorisé lors du vernissage de l’exposition). Ai est malheureusement devenu l’une de ces graines, sa liberté écrasée par le talon d’un état inhumain.

Le journal officiel chinois Global Times dénonce Ai comme un « rebelle, » et les rebelles ne sont pas tolérés en Chine. La seule manière de survivre pour un individu chinois est d’adopter le style gris et anonyme de la graine de tournesol.

Selon un article publié par l’agence de presse officielle Xinhua, Ai est prétendument impliqué dans ce que l’on appelle des « crimes économiques, » ce qui peut vouloir dire à peu près n’importe quelle élucubration que les esprits marxistes/maoïstes des dirigeants sont en mesure d’inventer. En fait, le gouvernement chinois n’a pas encore décidé s’il va poursuivre Ai pour crime économique ou pour rébellion. Quelle que soit la décision, le monde extérieur ne peut être autorisé à connaître le destin de Ai.