3

L’équipe de rêve de la Chine

NEW HAVEN – La récente transition gouvernementale en Chine a largement été décrite comme le triomphe des conservateurs partisans de la ligne dure montrant un recul des partisans de la réforme – une analyse qui a renforcé la morosité avec laquelle l’Occident considère la Chine. Dans les faits, rien ne saurait être plus éloigné de la vérité.

Xi Jinping et Li Keqiang – les deux principaux responsables à la tête du conseil gouvernemental du pays (Comité Permanent du Politburo) – ont tous deux effectué de bonnes études, beaucoup voyagé et sont de subtils penseurs qui vont apporter la richesse de leurs expériences pour faire face aux nombreux défis de la Chine. Désormais qualifiés de « dirigeants  de la Cinquième Génération », ils vont poursuivre les progrès compétentiels constants qui ont marqué chacune des transitions chinoises depuis l’arrivée de Deng Xiaoping à la fin des années 1970.

Il est tout à fait prématuré d’émettre un jugement sur le style et le cap qu’appliqueront les nouveaux dirigeants chinois, mais certains éléments sont d’ores et déjà intéressants à noter. Tout d’abord, le pouvoir de Xi est plus étendu que lors des précédentes transitions. En prenant immédiatement les rênes du Parti Communiste Chinois (PCC) et de la Commission Militaire Centrale, contrairement à ses prédécesseurs, il aura l’opportunité de marquer plus fortement de son emprunte le cap politique.

Oui, la Chine gouverne par consensus de son Comité Permanent. Mais Xi est bien placé pour mener le processus de réflexion d’un organe décisionnaire désormais allégé (réduit de neuf à sept membres). En outre, il est depuis longtemps en faveur d’une approche du développement économique plus scientifique et favorable aux marchés, ce qui sera vital pour l’avenir de la Chine.