0

L’ombre orangée de la révolution de neige

MOSCOU – Le régime de Vladimir Poutine tente d’alerter les Russes sur le fait que leur toute jeune « révolution de neige » serait une aussi lourde erreur que celle de la révolution Orange en Ukraine en 2004. Ces deux mouvements populaires sont peut-être comparables par certains aspects, mais leurs différences sont fondamentales ; l’opposition russe serait bien avisée de les comparer afin de lui permettre d’éviter certaines erreurs.

Ces deux révolutions sont effectivement l’expression d’une large part de la classe moyenne en réaction contre la corruption et l’absence d’autorité de la loi. Mais contrairement au printemps arabe, la révolution orange était totalement pacifique, tout comme l’est l’actuelle révolution de neige, et ni l’une ni l’autre n’a été déclenchée par une crise économique ou par une crise sociale. L’Ukraine en 2004 connaissait la plus forte croissance de son économie, avec un bond de 12%, tandis que le PIB de la Russie a augmenté d’un taux respectable de 4,3% l’année dernière.

Mais il y a aussi des différences majeures. L’Ukraine est ethniquement très divisée entre russophones et ukrainophones. L’opposition ukrainienne était très bien établie au parlement et dans les médias, donc bien intégrée dans l’ancien système.

Les remarquables avancées de la révolution orange furent d’ordre politique et dans le domaine des libertés civiles. Mais sa plus grande faille est d’avoir créé une impasse politique presque totale, entrainant encore plus de corruption et d’autoritarisme. J’étais en Ukraine pendant et après la révolution orange, ainsi qu’à Moscou récemment, et de mon point de vue, cette révolution de neige comporte quelques risques.