John Overmyer

Contrôle des capitaux : ne nous laissons pas bercer par le chant des sirènes !

ITHACA, NEW-YORK – Le contrôle des capitaux est à nouveau à la mode. Confrontés à une forte appréciation de leur devise, des pays comme l'Indonésie, la Corée et Taiwan craignent un boom des actifs alimenté par l'entrée de capitaux spéculatifs. Ils ont donc récemment pris des mesures pour limiter leur flux.

Dans beaucoup d'autres pays émergents, notamment l'Inde, soumis à la pression de leurs exportateurs affectés par la hausse du taux de change, nerveuses du fait de la situation, les banques centrales envisagent également de contrôler plus strictement les mouvements de capitaux entrant. Et au début de l'année, le FMI s'est exprimé en faveur du contrôle des mouvements de capitaux. Mais ce nouvel engouement pour le contrôle des capitaux résiste-t-il à l'examen ?

Le contrôle des capitaux est une mauvaise idée, une idée bien plus séduisante en théorie qu'en pratique. Les pays émergents devraient considérer l'arrivée de capitaux comme l'occasion de renforcer leur marché financier et non en priorité comme une menace à l'égard de leur stabilité financière.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/P0GasgG/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.