0

La hausse des matières premières n'est qu'un avertissement

Cambridge –  La hausse du prix des matières premières met en évidence une vérité fondamentale que beaucoup de dirigeants politiques, notamment occidentaux, ne veulent pas entendre : les ressources naturelles de la planète sont limitées et les consommateurs occidentaux doivent maintenant les partager avec les milliards de personnes qui sortent de la pauvreté en Asie et ailleurs. Voici encore une autre vérité : le mécanisme de fixation des prix par le marché est un bien meilleur système de distribution des ressources naturelles que les guerres - la méthode utilisée par les puissances occidentales lors du siècle dernier.

Le programme irréfléchi de subvention des biocarburants est l'exemple de ce qu'il ne faut pas faire. Plutôt que d'admettre que la hausse du prix de l'essence est le meilleur moyen d'inciter aux économies d'énergie et d'encourager l'innovation, l'administration Bush distribue de grosses subventions aux fermiers américains pour les pousser à cultiver des plantes destinées aux biocarburants - un  non-sens en termes d'utilisation de l'eau et de la terre.

Même dans le cas du scénario le plus favorable, les USA et le monde compteront essentiellement sur les carburants fossiles conventionnels en attendant la fin de l'ère des hydrocarbures (que peu d'entre nous vivrons suffisamment longtemps pour voir). Enfin, détourner de vastes surfaces de terres agricoles en faveur de la production de biocarburants a contribué à la multiplication par deux du prix du blé et d'autres céréales. Avec les émeutes de la faim dans une dizaine de pays, le temps est peut-être venu de reconnaître que cette idée - aussi bien intentionnée qu'elle ait pu être -  était une gigantesque erreur.

Et ce n'est pas la seule erreur, car il y a aussi la récente proposition de deux des candidats à l'élection présidentielle américaine de supprimer temporairement la taxe sur l'essence. Même si cela permet aux automobilistes peu fortunés de faire face à la hausse du prix du carburant, ce n'est pas la bonne méthode. Il faut au contraire augmenter cette taxe. La triste réalité est qu'en maintenant le prix du pétrole à un niveau élevé, l'OPEC fait bien davantage pour la protection de l'environnement que les responsables occidentaux qui cherchent à prolonger la période d'hyperconsommation des pays occidentaux, intenable à long terme du point de vue écologique.