Comment gérer l'après-guerre

Tout le difficile travail de reconstruction du Liban entrepris dans les années 1990 risque d'être anéanti. Mais le Liban n'est pas le seul pays dans cette situation : selon l'ONU et d'après plusieurs études indépendantes, les pays qui sortent d'une guerre ont une chance sur deux d'y retomber. Au Timor oriental, en Irak, au Kosovo et dans bien d'autres pays, le processus de paix est menacé.

Dans beaucoup de pays, la reconstruction en cours n'est pas achevée. Ainsi, la République démocratique du Congo (RDC) vient de connaître ses premières élections depuis 40 ans. La stabilité de la région des Grands lacs, peut-être la zone la plus violente d'Afrique, dépend du succès du processus de paix et de reconstruction.

Les pays qui sortent d'un conflit sont confrontés à plusieurs types de processus. La sécurité doit se substituer à la violence, le respect de la loi et la participation politique à la loi de la jungle et à l'exclusion, la réconciliation nationale doit remplacer les divisions ethniques, religieuses, de classe ou de caste et les économies de guerre - totalement ravagées - doivent être transformées en économies de marché fonctionnelles qui permettent à la population de subvenir à ses besoins.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/v4pXqiF/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.