La montée du Consensus de Pékin

BRUXELLES – Le premier déplacement officiel du président Barack Obama hors de l'Amérique du Nord (à Londres, à Strasbourg, à Prague et à Istanbul) a retenu l'attention de la planète. Mais il  n'a pas permis de masquer un fait étonnant : le ampquot;Consensus de Washingtonampquot; sur l'organisation de l'économie mondiale appartient au passé. La question est maintenant de savoir ce qui va le remplacer.

Même si l'on dit souvent que le rayonnement de la Chine est limité, ses idées en matière d'économie et de gouvernance font de plus en plus souvent mouche. Recherchant la stabilité économique intérieure, le gouvernement d'Obama évolue vers le type d'intervention qui a la faveur de la Chine depuis 20 ans.  

Dans ce modèle, le gouvernement, tout en continuant à tirer bénéfice des marchés internationaux, garde le contrôle de l'économie par une surveillance stricte du secteur financier, une politique de dépense restrictive, le pilotage de la recherche et du développement dans le secteur de l'énergie et une limitation sélective de l'importation des biens et services. Tous ces éléments du plan de sauvetage chinois se retrouvent dans le plan de stimulation économique d'Obama.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/xnKRLNK/fr;