L’essor de la tuberculose pharmacorésistante

BALTIMORE – La tuberculose, l’une des maladies infectieuses les plus mortelles, fait un retour en force, notamment en Afrique. La tuberculose ultra-résistante (XDR-TB) est une souche de tuberculose difficile à traiter qui attaque là où les systèmes de santé sont traditionnellement faibles, surtout dans les zones très touchées par le VIH. L’échec à contenir les épidémies locales, à développer des outils et des stratégies pour identifier et traiter la XDR-TB, et à investir dans des améliorations sur le plus long terme du contrôle de la tuberculose pourrait transformer nos médicaments miracles contre la tuberculose en tirs à blanc.

Le développement de la chimiothérapie pour traiter la tuberculose, des années 1940 aux années 1970, a transformé l’ancienne “peste blanche” en maladie possible à soigner. Mais le traitement de la tuberculose est menacé par le spectre de la résistance aux médicaments depuis le début de l’ère des antibiotiques. Il y a quinze ans, une épidémie de tuberculose multi-résistante (MDR-TB) à New York a failli déclencher une panique, avant qu’une injection massive de fonds dans l’infrastructure de santé publique ne renverse la vapeur aux États-Unis, et que l’intérêt du public ne décline. Pourtant, le problème de la résistance aux médicaments a persisté, et les tentatives de la contenir au niveau mondial n’ont pas suffi.

Bienvenue dans l’univers de la XDR-TB. L’Organisation mondiale de la santé estime qu’il y a eu 425 000 nouveaux cas de MDR-TB en 2004, dont plus de 60 % en Chine, en Inde et en Russie. Mais c’est une épidémie massive de XDR-TB chez des patients infectés par le VIH au KwaZulu-Natal, en Afrique du Sud, qui a tourné tous les regards du monde vers le problème des organismes ultra-résistants.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/4ylkjvV/fr;