Grandeur et décadence de la méritocratie

Méritocratie : un mot plein de promesses. C’est le règne du mérite individuel, au sens des résultats scolaires et universitaires, fruits du talent et de la formation. On le mesure grâce à des diplômes et des classements : A, B, C, D, ou premier, deuxième, troisième.

Comment ne pas être favorable à un tel système, sans aucun doute préférable à la ploutocratie - gouvernement des plus fortunés -, à la gérontocratie - domination des vieillards -, ou même à l’aristocratie, où le statut dépend de titres et de biens hérités ?

La méritocratie semble donc positive, du moins à première vue. Pourtant, à y regarder de plus près, les choses ne sont pas si simples.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/ruYtPjf/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.