Paul Lachine

Quand la révolte des créanciers rencontre celle des débiteurs !

BRUXELLES –Le Premier ministre grec, George Papandréou, avait appelé à un référendum sur le plan de secours décidé lors du sommet de la zone euro fin octobre. Bien qu'il soit revenu sur sa proposition, elle a des implications fondamentales quant à la gouvernance européenne. Elle pourrait aussi être déterminante pour l'avenir de l'euro.

S'il a rapidement fait machine arrière du fait des réactions tant sur le plan national qu'international, son idée ne va pas tomber dans l'oubli - et ce, quoi qu'il advienne du gouvernement grec actuellement en place. Dans la mesure où le peuple grec doit endurer un plan d'austérité après l'autre, il peut se demander quand il aura directement son mot à dire sur la question.

Moins d'une semaine avant que Papandréou ne lance sa bombe, les dirigeants de la zone euro avaient fait une déclaration sans équivoque : "L'introduction du Semestre européen change fondamentalement la manière dont sont coordonnées nos politiques budgétaires et économiques au niveau européen, une coordination au niveau de l'UE va avoir lieu avant que les décisions ne soient prises au niveau national." Apparemment il s'agit là d'un grand pas en avant dans la gouvernance financière au sein de la zone euro.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/xSrafWu/fr;