3

Le retour de la politique industrielle

CAMBRIDGE – Le Premier ministre Gordon Brown l’encourage en tant que vecteur de création d’emplois hautement qualifiés. Le président français Nicolas Sarkozy la défend pour préserver la base industrielle du pays. L’économiste en chef de la Banque mondiale, Justin Lin, la soutient ouvertement pour accélérer les changements structurels des pays en développement. Le cabinet international McKinsey conseille les gouvernements sur la meilleure manière de la mettre en ouvre.

La politique industrielle est de retour.

A vrai dire, elle n’est jamais passée de mode. Les économistes épris du consensus néolibéral de Washington l’ont peut-être remisée au placard, mais les économies prospères se sont toujours appuyées sur des politiques gouvernementales qui encouragent la croissance en stimulant les transformations structurelles.

La Chine en est un exemple type. Ses performances industrielles phénoménales tiennent en grande partie à l’assistance apportée par le gouvernement aux nouvelles industries. Les entreprises d’État ont servi d’incubateurs des compétences techniques et du savoir-faire gestionnaire. Les obligations en matière de contenu local ont donné naissance à des industries d’approvisionnement productives dans les secteurs automobile et électronique. De généreuses mesures incitatives à l’exportation ont aidé les entreprises à prendre pied sur les marchés mondiaux.