Margaret Scott

Le retour de 1948

TEL AVIV – La conférence des Nations Unies commémorant le 60ème anniversaire de l’UNRWA (Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient) ne pouvait pas se dérouler à un meilleur moment. La restitution des terres occupées en 1967 continuera d’être l’une des conditions indispensables à la résolution du conflit israélo-palestinien, mais c’est l’héritage de la guerre de 1948 que les deux parties du conflit ont placé au cœur du débat.

Paradoxalement, c’est le Premier Ministre Israélien Benyamin Netanyahu qui a rouvert le dossier de 1948, en demandant que les Palestiniens reconnaissent Israël en tant qu’état juif. Cette demande a ramené la quête pour la paix à ses fondamentaux, dans laquelle la question des réfugiés est condamnée à jouer un rôle central.

L’intention de Netanyahu visait essentiellement à forcer les Palestiniens à admettre que le droit au retour des réfugiés ne s’applique seulement qu’à l’État Palestinien, et non à Israël. Mais la véritable signification de cette demande repose sur le fait qu’il intervient à un moment où l’action politique du Premier Ministre Salam Fayaad représente un véritable défi au Mouvement National Palestinien : choisir entre un esprit vindicatif ou celui de la construction d’un État.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/3m6OqtP/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.