La retraite de la politique macroéconomique

BERKELEY – L’une des choses troublante dans l’étude de l’histoire économique est comment les choses qui adviennent dans le présent modifient le passé – ou du moins notre compréhension du passé. Depuis des décennies, j’enseigne en toute confiance à mes étudiants l’ascension de gouvernements qui assument la responsabilité pour l’état de l’économie. Mais la réaction politique à la Grande Dépression a modifié la façon avec laquelle nous devrions réfléchir à cette question.

Les gouvernements d’avant la première guerre mondiale – et plus encore ceux de l’entre-deux-guerre – ne se sont pas donné pour mission de réduire le chômage en période de déclin économique. Il y avait trois raisons à cela, chacune d’elles ayant disparu avant la fin de la seconde guerre mondiale.

Tout d’abord, il y avait un très gros lobby de la monnaie métallique : un nombre conséquent de personnes riches, socialement influentes et politiquement puissantes dont les investissements étaient principalement en obligations. Une utilisation de capacité élevée ou un chômage faible leur importait peu, mais la stabilité des prix, beaucoup. Ils voulaient de l’argent sonnant et trébuchant par dessus tout.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/Ziwkarl/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.