L’ascension contrariée de Ségolène Royal

Il y a deux mois, les commentateurs politiques parisiens étaient unanimes : la course à la présidence restait ouverte, mais Ségolène Royal était clairement donnée favorite. Aujourd’hui la situation semble s’être inversée. Bien que rien ne soit encore joué, Nicolas Sarkozy arrive régulièrement en tête des sondages, et semble avoir également rallié à sa cause ceux qui le déclaraient perdant au mois de décembre. Le nouveau consensus peut être défini ainsi : Ségolène Royal ne peut pas battre Nicolas Sarkozy, mais Sarkozy pourrait encore provoquer sa propre défaite.

Pourquoi donc la candidate socialiste, la première femme à avoir une réelle chance de devenir présidente de la France, est-elle tombée si rapidement en disgrâce ? Et pourquoi Sarkozy s’est-il montré aussi endurant, malgré les réactions souvent négatives à sa personnalité ?

Si Ségolène Royal est battue, ce ne sera pas parce qu’elle est une femme, mais malgré le fait qu’elle le soit. Les Français sont prêts à élire une femme, mais peut-être pas celle-ci. Elle est séduisante, énergique, décidée et surprenante à bien des égards. En effet, ses prises de positions sur des questions comme la loi et l’ordre, le respect de l’autorité et le nationalisme sont assez éloignées de ce que l’on peut attendre d’un candidat socialiste.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/8Y1g9et/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.