5

La rééducation de Hong Kong

HONG KONG – Après moins de cent jours au pouvoir, C.Y. Leung, le nouveau Chef de l'exécutif de Hong Kong, est déjà politiquement en soins intensifs. En un temps record, il a réussi à perdre son vernis de compétence, sa crédibilité et son leadership inébranlable.

Un de ses adjoints de cabinet a été arrêté pour corruption dans les deux semaines qui ont suivi la prise de fonction officielle de Leung. Un autre s'est révélé être le propriétaire sans scrupules d'appartements insalubres, ce dont il a entièrement rejeté la responsabilité sur son épouse en niant la moindre implication. Leung lui-même a été pris dans plusieurs structures illégales dans son fief, une violation qu'il a exploitée avec succès contre son rival Henry Tan pendant la campagne électorale.

Leung s'est également lui-même distingué en incitant une grande part des enseignants et des élèves à organiser d'importantes manifestations de rues contre son effort empressé pour insérer un programme « d'éducation nationale » dans les programmes scolaires afin de « reconnecter » les jeunes de Hong Kong à la mère-patrie. Pour des dizaines de milliers de manifestants étudiants, souvent accompagnés de leurs parents, la mort potentielle d'une éducation honnête était insupportable.

L'objectif du programme, hérité de l'administration précédente, est bon : enrichir les connaissances des jeunes sur la Chine moderne. Mais comme Tan l'a souligné à juste titre en réponse à une question sur les manifestations, le « diable se trouve dans les détails ».