Le viol des libertés en Birmanie

La violence sexiste est un frein à la paix et au développement, notamment quand une dictature militaire l'utilise comme arme par contre son propre peuple. La Birmanie connaît maintenant cette violence entretenue par l'Etat.

L'utilisation généralisée de la violence sexiste en Birmanie est connue depuis que le Shan Women’s Action Network (Réseau d'action des femmes Shan, SWAN) et la Shan Human Rights Foundation (Fondation Shan pour les droits humains, SHRF) ont publié un rapport intitulé Licence to Rape (Permis de violer) qui recense 625 cas de viol commis par des militaires dans l'est du pays entre 1996 et 2001. Le rapport indique que ces faits n'ont donné lieu à aucune poursuite.

La Birmanie souffre des conséquences de décennies de guerre civile. Les civils sont les principales victimes d'une stratégie visant à saper le soutien populaire aux différentes guérillas qui combattent le gouvernement. Cela s'est traduit par le travail forcé, l'utilisation de la population dans les opérations de déminage et le déplacement massif de la population de villages entiers. Il y a aujourd'hui en Birmanie entre 600.000 et un million de personnes déplacées à l'intérieur même du pays.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/g7PifYy/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.