Les questions de l'Europe

Depuis le rejet par la France et les Pays-Bas de la proposition de constitution européenne, les dirigeants de l'UE n'ont eu de cesse de se montrer du doigt et de critiquer les Français et les Néerlandais de n'avoir pas compris la question qui leur était posée. Mais aucun homme d'État paneuropéen n'est apparu, et aucune institution européenne majeure n'a eu le courage de proposer sa propre analyse de la situation actuelle, encore moins un scénario stratégique pour l'avenir.

Certes, les Français et les Néerlandais n'ont pas répondu à la question qui leur était posée. Leur vote a été une protestation contre la mondialisation, un rejet du monde contemporain et de ses mécanismes de gouvernement distants et incompréhensibles. Tout comme le mouvement anti-mondialisation, le nouvel anti-européanisme peut se voir comme la demande d'un modèle européen différent – un “alter-européanisme.”

Le problème n'est, par conséquent, pas ce que Tony Blair, dans son discours inaugural au Parlement européen, a qualifié de crise de direction politique. Aucun homme d'État n'est apparu parce que la crise s'aggrave.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/0bl5K6f/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.