Les protocoles de Rupert Murdoch

NEW YORK – A chaque fois que j’entends les Républicains de droite américains se qualifier de « conservateurs », je ressens l’équivalent mental d’un choc électrique.

Un conservateur est quelqu’un qui, dans la tradition du parlementaire anglais du dix-huitième siècle Edmund Burke, croit que l’ordre établi mérite le respect, et même de la révérence. Contrairement à un libéral qui est quelqu’un prêt à modifier l’ordre établi à la poursuite de la vision d’un monde meilleur.

L’historien Whig du dix-neuvième siècle Thomas Macaulay a fort bien décrit cette différence. Il y avait « deux grands partis » en Angleterre, écrivait-il, qui attestaient d’une « distinction » qui « avait toujours existé, et le devrait toujours. »

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/vZ4diua/fr;