1

La privatisation de la guerre

Il est de notoriété publique que de nombreux gouvernements demeurent sceptiques quant à une invasion de l'Irak dirigée par les Etats-Unis, quand ils n'y sont pas ouvertement opposés. Moins reconnue est la divergence d'opinions qui divise l'Amérique et une grande partie du monde sur la manière de combattre le terrorisme. Cette divergence est dangereuse.

Il n'est pas surprenant que les attitudes aient divergé sitôt après la solidarité initiale qui a suivi les attaques terroristes sur New York et Washington en septembre 2001. Après tout, la tragédie du 11 septembre s'est produite aux Etats-Unis de sorte que le sentiment d'impact immédiat a été plus important et a duré plus longtemps dans ce pays. En Europe, beaucoup de gouvernements sont anxieux de ne pas effrayer leur population ou de nuire aux relations avec leurs minorités musulmanes. Certains estiment que la politique extérieure américaine est en partie responsable du désastre et qu'ils seraient plus avisés de se distancer quelque peu des Etats-Unis.

Il est possible que le facteur le plus important à la base de cette divergence ait été un sentiment très répandu de déjà vu. L'Europe a connu de graves attentats terroristes au cours des années 1970 et 1980, mais elle a réussi à les surmonter et à préserver ses démocraties intactes. Le terrorisme, pour la majorité des Européens, est une nuisance qui doit être gérée et non un défi nécessitant un bouleversement total. De plus, la rhétorique politique du « mal » et de la « guerre » qui mobilise les Américains semble contraire à ceux qui préfèrent une approche gestionnaire.

Il est tout à fait naturel d'avoir des perceptions différentes dans des cultures politiques différentes. Toutefois, ces opinions contradictoires, si elles ne sont pas maîtrisées, peuvent produire des effets dangereux en limitant la coopération qui s'avère nécessaire pour pallier les vulnérabilités communes. Une telle coopération est essentielle car le terrorisme actuel est sensiblement plus meurtrier et plus difficile à gérer que ses précédentes versions.