Skip to main content

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated Cookie policy, Privacy policy and Terms & Conditions

Le dilemme du sauveur

PEKIN – La plupart des crises financières internationales survenues au cours des 200 dernières années ont été le résultat de difficultés créées par le recyclage des capitaux des pays avec un taux d’épargne élevé vers les pays épargnant peu. La crise européenne actuelle est un bon exemple. Pendant près d'une décennie, le capital des pays à épargne élevée comme l'Allemagne s’est écoulé vers les pays à faible épargne comme l'Espagne. L’accumulation de dette qui en a résulté a généré ses propres contraintes et l'économie européenne est à présent obligée de procéder à un rééquilibrage.

Si ce rééquilibrage a lieu seulement en Espagne et d'autres pays à faible épargne, le résultat, comme John Maynard Keynes avait mis en garde il y a 80 ans, se traduira nécessairement par une forte augmentation du chômage. Ce dernier peut rester confiné aux pays comme l'Espagne ou migrer avec le temps vers les pays comme l'Allemagne, en fonction de si le premier groupe de pays reste dans l'euro ou non.

Bien que les positions relatives des économies de l'Allemagne et l'Espagne semblent confirmer les stéréotypes culturels, les taux d'épargne nationaux n’ont pas grand chose à voir avec les inclinations culturelles. Au contraire, ils reflètent en grande partie les politiques domestiques et à l'étranger qui déterminent les taux de consommation des ménages.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

https://prosyn.org/CVHc44Pfr;
  1. op_dervis1_Mikhail SvetlovGetty Images_PutinXiJinpingshakehands Mikhail Svetlov/Getty Images

    Cronies Everywhere

    Kemal Derviş

    Three recent books demonstrate that there are as many differences between crony-capitalist systems as there are similarities. And while deep-seated corruption is usually associated with autocracies like modern-day Russia, democracies have no reason to assume that they are immune.

    7