Skip to main content

0626040146f86f5010792b00_pa1660c.jpg Paul Lachine

Le prix du 11 septembre

NEW YORK - Le 11 Septembre 2011, les attentats terroristes d'Al Qaïda étaient censés nuire aux États-Unis, et ils l’ont fait, mais d'une manière que Oussama ben Laden n'avait probablement jamais imaginée. La réponse du président George W. Bush aux attentats ont compromis les principes fondamentaux de l'Amérique, sapé son économie et affaibli sa sécurité.

L'attaque sur l'Afghanistan qui a suivi les attentats du 11 septembre était compréhensible, mais l'invasion de l'Irak qui s'ensuivit était totalement étrangère à Al-Qaïda - pour autant que Bush ait tenté d'établir un lien. Cette guerre choisie est vite devenue très coûteuse - des ordres de grandeur au-delà des 60 milliards de dollars revendiqués au début - d'autant que l'incompétence colossale est allée de pair avec une déformation malhonnête de la réalité.

En effet, lorsque Linda Bilmes et moi avons calculé le coût de la guerre de l'Amérique il y a trois ans, le décompte a minima se situait entre 3 et 5 milliards de dollars. Depuis lors, les coûts ont encore augmenté. Avec près de 50% des troupes de retour admissibles à recevoir un certain niveau de prestations d'invalidité et plus de 600.000 soldats traités jusqu'ici dans les installations médicales des vétérans, nous estimons que les coûts totaux des prestations d'invalidité et des soins de santé à venir s'élèveront entre 600 et 900 milliards de dollars. Mais les coûts sociaux, tels que les suicides des vétérans (qui ont dépassé 18 par jour ces dernières années) et les ruptures des cellules familiales, sont incalculables.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

https://prosyn.org/zL6tDcC/fr;
  1. sinn88_Sean GallupGetty Images_mario draghi ecb Sean Gallup/Getty Images

    The ECB’s Beggar-thy-Trump Strategy

    Hans-Werner Sinn

    The European Central Bank's decision to cut interest rates still further and launch another round of quantitative easing raises serious concerns about its internal decision-making process. The ECB is pursuing an exchange-rate policy in all but name, thus putting Europe on a collision course with the Trump administration.

    1

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated Cookie policy, Privacy policy and Terms & Conditions