La politique de l'autodestruction au Pérou

Le président du Pérou Alejandro Toledo a inventé un nouveau sport extrême, un jeu de football dont il est le seul joueur. Au lieu de donner un coup de pied dans le ballon pour gagner, il vise le but pour que son opposant marque. Ceci explique pourquoi, alors qu'il lui reste plus de la moitié de son mandat à faire, l'homme qui a pris la tête d'un mouvement populaire afin de faire tomber l'ancien président Alberto Fujimori détient une côte de popularité de seulement 7 % à l'heure actuelle, ce qui représente le plus faible classement obtenu par tous les dirigeants péruviens depuis 1980, date à laquelle la démocratie a été rétablie.

Toledo a assumé la planification de la présidence afin de démanteler la corruption qui a marqué les administrations de Fujimori et mettre fin au règne de son chef des renseignements malhonnête, Vladimiro Montesinos. Toledo a soutenu qu'il enverrait tous les fonctionnaires véreux en prison, des mots qui ont captivé l'imagination des Péruviens qui languissaient de voir les politiciens criminels traduits en justice.

Cette résolution a été anéantie par des révélations sur le conseiller personnel de Toledo, César Almeyda, qu'il avait nommé à la tête du nouveau National Intelligence Board. Almeyda a rencontré secrètement le général Oscar Villanueva, le soi-disant " caissier " de la mafia de Montesinos. Villanueva avait fui la justice et Almeyda savait qu'il devait le livrer à la police. Au lieu de cela, il a demandé des informations à Villanueva, soi-disant pour les utiliser contre les ennemis du gouvernement.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/RtsoFnK/fr;