Les dragons asiatiques du nationalisme

DENVER – Un des nombreux arguments que l'ancien président serbe Slobodan Milošević a utilisé pour répondre à ses interlocuteurs est qu'il n'a jamais incité son peuple au nationalisme. En effet ses déclarations publiques et ses discours durant ces périodes turbulentes ont été soigneusement calibrés pour éviter toute exhortation au nationalisme pur et simple.

Mais ce n'est pas tant les mots qui lui ont servi que la musique. Avec son utilisation astucieuse de mots codés et de langage corporel pour encourager un sentiment de victimisation chez les Serbes, Slobodan Milošević était l'un des nationalistes les plus démagogiques que l'Europe ait connu depuis des générations.

Aujourd'hui, l'Asie du Sud-Est et en particulier la Chine, se noie dans une mer de nationalisme. Les motifs de ce fléau séculaire sont familiers, avec des récits nationaux fondés sur de prétendues preuves de victimisation. Dans le cas de la Chine, le récit tourne autour du « siècle de la honte », quand la Chine était trop faible pour se défendre contre les atteintes à sa souveraineté et autour de l'idée qu'elle ne doit plus jamais y succomber.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/sTKdPZB/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.