La détresse des Roms

NEW YORK – Les Roms sont persécutés partout en Europe depuis des siècles. Ils sont confrontés aujourd’hui à une forme de discrimination inédite en Europe depuis la seconde guerre mondiale : évictions et expulsions collectives dans plusieurs démocraties européennes d’hommes, de femmes et d’enfants sous le prétexte qu’ils constitueraient un risque à l’ordre public.

La semaine dernière, la France a initié les procédures d’expulsion de tous les Roms non français, les considérant comme un groupe criminel, sans qu’aucune procédure juridique n’ait permis de déterminer si ces individus ont commis un quelconque crime ou s’ils représentent un risque à l’ordre public. Les agissements de la France font suite à ceux de l’Italie et de son ‘programme de sécurité’ de 2008, qui avait qualifié les soi-disant ‘nomades’ de menace à la sécurité nationale et avait donc imposé un recours législatif d’urgence visant à l’expulsion des Roms non italiens.

Il est parfaitement légitime pour un gouvernement de mettre un terme à toute activité criminelle. Mais l’expulsion de citoyens de l’Union Européenne (UE) sur la base de leur origine ethnique sous couvert d’une quelconque activité criminelle est en totale violation des directives européennes sur la discrimination raciale et du droit à la libre circulation entre les états de l’UE.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/bZdGVAn/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.