Les dangers de l’historicisme financier

Toute crise financière est par essence imprévisible – tant son apparition que son déroulement. Mais comparativement, nous comprenons très bien les crises passées. Les comptables vérifient les comptes, les parties prenantes rendent compte aux journaux (et parfois devant un juge), les politiciens expliquent comment ils ont remédié à la situation et en finale les historiens peuvent compiler une chronique des événements.

Parce que le passé peut être explicité, la meilleure manière de comprendre une crise serait de chercher un modèle dans les expériences antérieures, même dans un passé lointain. Mais quel est le bon modèle ?

Le choix dépend souvent moins d’une évaluation rationnelle des similitudes et des différences que d’une intuition, d’une propension à l’optimisme ou au pessimisme, ou d’une tendance politique. Aujourd’hui, deux dates sont souvent évoquées : 1907 et 1931.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/SLHKyEU/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.