Le passé n’est jamais passé

PARIS – La relation qu’entretient une nation avec son passé est cruciale à son présent ainsi qu’à son avenir, à sa capacité à « aller de l’avant » avec sa vie, ou à tirer les leçons de ses erreurs pour ne pas les répéter.

Il y a ce passé qui « n’est pas mort et enterré. En fait, il n’est même pas passé, » comme l’exprime si bien William Faulkner. Un tel passé interdit de manière obsessive tout possibilité d’évolution vers une nécessaire réconciliation avec soi-même et avec un ennemi d’antan ou actuel.

Un tel passé est douloureusement observable aujourd’hui dans les Balkans, par exemple, une région si obsédée par les conflits qui l’ont déchiré dans les années 90 qu’elle en reste paralysée. Il persiste encore une totale incapacité à admettre le point de vue de l’autre et à dépasser cette notion de martyre collectif, même si, il est vrai, elle est vécue de façon différente d’un point à un autre de la région.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/A6D3HZm/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.