La paranoïa politique russe

D’après un vieil adage politique moscovite, les relations entre les Etats-Unis et la Russie sont toujours meilleures quand un Républicain est à la Maison blanche. Nous sommes des hommes d’État et les Républicains aussi. Puisque nous avons foi dans le pouvoir, il est nous est facile de nous comprendre mutuellement.

Le problème est que cet adage est sous-tendu par une mentalité paranoïaque, qui montre que la nature des relations russo-américaines n’a pas fondamentalement changé depuis la fin de la Guerre froide ; que les animosités entre les deux pays sont celles d’éternels opposants géopolitiques. Les Russes, semble-t-il, ne se sentent bien que s’ils luttent pour la place de première puissance mondiale. Le président russe, Vladimir Poutine, considère en effet la chute de l’Union soviétique comme « la plus grande catastrophe géopolitique du vingtième siècle ».

Cette façon de penser a poussé les principaux acteurs de l’élite russe à une tentative vigoureuse – qui est loin d’être un échec, surtout ces dernières années – de détériorer les relations russo-américaines. Le Kremlin s’efforce systématiquement de faire obstacle aux États-unis, même lorsque ces obstacles ne sont pas dans l’intérêt de la Russie.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/6ZLayjc/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.