0

Le poison de la politique identitaire

LONDRES – J'étais en Jordanie, cette belle oasis de calme et de modération dans un voisinage difficile et dangereux, lorsque j'ai appris le meurtre des deux soldats britanniques et du policier catholique par des républicains dissidents en Irlande du Nord.

Depuis les collines de Jordanie, nous avons observé ce que les chrétiens appellent la Terre sainte. Ce qui m'a frappé, repensant au temps que j'ai passé en Irlande du Nord, c'est combien ici et là, le creuset de tant de luttes, de ressentiment et de bains de sang est petit. La faible taille géographique de l'Irlande du Nord, de Gaza et de la Cisjordanie donne à la violence une apparence encore plus inexplicable et obscène.

Cette violence est-elle inévitable en raison du choc des cultures, des religions et des ethnies ? Est-elle programmée dans l'ADN par l'Histoire, la langue et les manières différentes de répondre aux besoins spirituels ?

Le hasard a fait que c'est en Jordanie que j'ai lu un livre d'Amin Maalouf intitulé Les identités meurtrières . C'est une brillante critique de ce que l'auteur, qui est libanais, français, arabe et chrétien, appelle ampquot;les panthèresampquot;, autrement dit l'appel à une politique identitaire. Il espère qu'un jour il pourra considérer l'ensemble du Moyen-Orient comme sa terre et que son petit-fils considérera son livre comme le récit d'une époque étrange au cours de laquelle il fallait mettre en avant ce genre de choses.