1

Le casse-tête du prion

ZURICH – Le déclaration de la maladie de la vache folle au Royaume Uni, qui a finalement conduit à l'abattage de 3,7 millions de vaches et a gravement mis à mal l'industrie bovine britannique, a commencé insidieusement. En 1986, une vache du Royaume-Uni a développé une maladie inconnue. L'année suivante, les tests ont révélé que le cerveau avait été érodé par une myriade de petites vacuoles, produisant l'aspect spongieux qui a inspiré le nom scientifique de la maladie : encéphalopathie spongiforme bovine. En quelques mois, des cas ont commencé à apparaître dans tout le pays.

Une maladie similaire, appelée la tremblante du mouton, était commune chez les ovins, mais n'avait pas déjà été diagnostiquée chez la vache. Et une maladie presque identique, invariablement mortelle, le kuru, avait ravagé les peuples autochtones de Papouasie Nouvelle-Guinée pendant tout le XXeme siècle. Le kuru et la tremblante du mouton sont des maladies infectieuses.

 1972 Hoover Dam

Trump and the End of the West?

As the US president-elect fills his administration, the direction of American policy is coming into focus. Project Syndicate contributors interpret what’s on the horizon.

Le kuru se transmettait à l'occasion de rituels de cannibalisme courants en Papouasie Nouvelle-Guinée jusqu'en 1950. De même au Royaume-Uni et ailleurs, des bovins sains ont été nourris avec de la viande et de la farine d'os de bovins infectés. L'épizootie (épidémie animale) qui en a résulté a affecté plus de 280 000 vaches. À son apogée en 1992, la maladie de la vache folle touchait près de 1 000 têtes de bétail par semaine.

Face à une crise de santé en pleine expansion, le gouvernement britannique – avec peu de compréhension scientifique de la maladie et sous la pression d'un puissant lobby industriel – fit une erreur fatale. Parce que la tremblante n'avait jamais été définitivement liée à la maladie humaine, les autorités supposèrent que les vaches infectées étaient elles aussi inoffensives.

Cette hypothèse a non seulement ignoré la tragédie kuru mais a également négligé les centaines de jeunes gens morts d'encéphalopathie spongiforme après avoir reçu des hormones de croissance extraites de cadavres humains. Ce mélange d'orgueil, d'ignorance et de soumission aux intérêts commerciaux atteignit son pic de toxicité en 1990, lorque le Ministre de l'agriculture du Royaume-Uni John Gummer, montra sa fille à la télévision en train de manger un hamburger, en affirmant que le bœuf britannique était sain.

Mais le bœuf britannique n'était pas sain. Fin 1995, deux jeunes gens ont été diagnostiqués porteurs de la maladie de Creutzfeldt-Jacob – une maladie rare généralement rencontrée chez les patients âgés. Les autopsies de leurs cerveaux ont indiqué des dépôts de prions – les agents infectieux qui causent la tremblante, le kuru et la maladie de la vache folle. Mais ceux-ci n'étaient pas les prions de la maladie de Creutzfeldt-Jakob classique. Depuis lors, la « nouvelle variante » de la maladie de Creutzfeltdt-Jakob a fait à peu près 300 morts.

Alors que la tragédie se déroulait, les scientifiques sont toutefois parvenus à une meilleure compréhension de la maladie. Les prions semblent aller à l’encontre de toutes les idées reçues, survivant à la cuisson sous pression, à l’irradiation et à l’incinération à 340°C pendant quatre heures – des traitements ordinairement utilisés de manière fiable et routinière pour mettre hors d'état de nuire tous les virus et les bactéries connus.

En outre, les prions n'ont pas leurs propres gènes. Le gène du prion est fourni par la personne infectée dans laquelle il réside à l'état inoffensif. Le prion infectieux détourne alors la machinerie du corps et la reprogramme en un bourreau sans scrupule au service de la copie du prion. Depuis le déclenchement de la maladie, il a été révélé que beaucoup de maux communs, y compris la maladie d'Alzheimer et la maladie de Parkinson, ont des propriétés semblables.

Bien qu'aucun remède n'ait été trouvé, quelques progrès ont été faits, notamment sur la détection précoce des prions, qui avait été un problème redoutable. La sensibilité de détection des agents pathogènes, tels que le VIH, s'appuie généralement sur la présence d'acides nucléiques (ADN ou ARN), absents dans les prions. Récemment toutefois, des méthodes efficaces pour amplifier des prions ont été développées, qui pourraient permettre la détection de l'agent pathogène avant il n'endommage son hôte.

En outre, on espère pouvoir développer une vaccination efficace. Introduire une version inoffensive d'un agent pathogène dans le corps provoque la production par le système d'anticorps qui neutralisent l'agent pathogène « sauvage », s'il pénètre par la suite dans l'organisme. Il y a une décennie, mon laboratoire a prouvé qu'un anticorps d'anti-prion pourrait retarder de manière significative (voire dans certains cas empêcher) l'infection chez des souris ayant été exposées aux prions.

Mais plusieurs problèmes sont apparus. Le corps de l'hôte produit sa propre version de la protéine prion et il est difficile de créer un anticorps de grande qualité contre les propres composants d'un corps. Ainsi, plutôt que d'essayer d'induire une immunité, les chercheurs doivent développer des anticorps anti-prions préfabriqués qui peuvent être livrés directement aux patients.

Cette solution pourrait fonctionner pour les maladies connexes telles que la maladie d'Alzheimer, mais elle comporte sa propre gamme de problèmes, y compris la difficulté de conduire de tels anticorps à partir du site d'injection dans le cerveau. Cependant, des effets secondaires graves chez les animaux interdisent complètement l'utilisation de ces anticorps chez l'homme.

Une autre possibilité pourrait être d'éradiquer les maladies à prions chez les animaux en supprimant le gène prion de l'hôte. Le scientifique suisse Charles Weissmann a démontré ceci en utilisant des souris dans une série d'expériences il y a deux décennies. En utilisant la technologie récemment développée de la « nucléase de doigt de zinc », n'importe quel gène donné peut être supprimé de l'ADN d'un animal.

Fake news or real views Learn More

En fait, des vaches et des moutons exempts de prions ont déjà été créés. Ces animaux ne peuvent pas héberger de prions infectieux. Alors que la qualité de leur viande reste à évaluer, ils peuvent fournir une source sûre d'agents biologiques, tels que des anticorps thérapeutiques et des facteurs de croissance, pour une utilisation en médecine humaine.

Traduit de l'anglais par Stéphan Garnier.