0

L'autre guerre qui doit être stoppée

L'attention mondiale s'est concentrée sur la guerre en Irak, mais une autre guerre, celle-ci avec l'aval de l'ONU, se déroule en parallèle : la guerre contre les drogues. A mon avis, toute personne sensée doit souhaiter que cette guerre en grande partie passée sous silence prenne également fin. Alors que l'ONU doit aider l'Irak à construire une société libre et démocratique, il doit également changer considérablement sa propre ligne de conduite dans la guerre contre les drogues et entraîner le monde vers une politique plus saine.

En 1998, pour célébrer le 10e anniversaire de l'adoption de la troisième Convention sur les drogues et les substances psychotropes, les Nations Unies ont convoqué une session extraordinaire de l'Assemblée générale afin de débattre de la question des drogues illicites. A la fin de ce forum, les états membres de l'ONU ont adopté une déclaration politique qui donnait mandat au Programme de contrôle de la drogue de l'ONU (UNDCP) « de développer des stratégies visant à éliminer ou à réduire de manière substantielle la culture illicite de feuilles de coca, de fleurs de pavot et de cannabis d'ici 2008 ».

Les 16 et 17 avril, la communauté internationale se réunira de nouveau à Vienne pour considérer les résultats des politiques poursuivies par l'ONU. Mais après cinq années d'application du programme, un seul fait semble évident : les résultats ne sont pas encourageants. Selon un rapport sur l'UNDCP publié en 2002, intitulé Illicit Drug Trends , les nouveaux marchés pour les narcotiques se développent plus rapidement que les anciens marchés ne se ferment. Les revendeurs de drogues, comme tous les hommes d'affaires perspicaces, se sont retirés et ont trouvé de nouveaux marchés. Les pays de l'Est (le monde post-communiste en Europe et les pays les plus riches d'Asie) consomment de plus en plus de drogues car les marchés plus anciens d'Europe de l'Ouest et d'Amérique du Nord sont saturés.

Partout dans le monde, le trafic de narcotiques est en hausse non seulement parce que les nouveaux marchés se mettent en ligne, mais parce que de nouveaux pays produisent ces narcotiques. De plus, de nouvelles substances synthétiques et chimiques, qui se révèlent plus puissantes et souvent moins onéreuses que les substances « traditionnelles », sont inventées.